Formation

Extraits de l’allocution de Dr Patrice Kouamé, Secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente

Au nom de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Conseil de l’Entente, du Conseil des ministres, du Comité des Experts, du Secrétariat Exécutif, du Conseil d’Administration et du Directeur Général du CERFER, je voudrais exprimer notre profonde gratitude à SEM Akinwumi A. Adesina, Président du Groupe de la Banque Africaine de Développement, à Mme Akin-Olugbadé Marie-Laure, Directrice Région Afrique de l’Ouest, à Mme Kadidia Diabi, Responsable Pays à Lomé, au Président et aux membres du Conseil d’Administration  du FAD. Mes remerciements à l’Organisation Internationale du Travail, l’OIT, notre partenaire dans ce projet. C’est Herbert Spencer qui affirme que « le grand but de l’éducation n’est pas le savoir, mais l’action ».

 

Le projet pédagogique du CERFER s’inscrit dans cette vision en donnant aux apprenants, une formation théorique et pratique adaptée aux besoins des entreprises facilitant ainsi l’employabilité et l’insertion professionnelle des jeunes issus du Centre.

 

A la Conférence au Sommet de décembre 2012 à Niamey, les Chefs d’Etat avaient décidé de faire de l’établissement, un centre d’excellence à l’échelle du Conseil de l’Entente et de la sous-région.

Un plan stratégique a alors été élaboré donnant une lisibilité quant aux perspectives du Centre. Son cout fut évalué à 6 milliards de frs CFA. La BAD sollicitée a jugé le projet opportun, pertinent et éligible au guichet Don du FAD pour un montant d’un peu plus de 5 milliards de Frs CFA, les Etats membres du Conseil de l’Entente devant constituer une contrepartie de 1 milliard de Frs CFA.

 

Ce faisant, l’Institution financière continentale traduit dans les faits son soutien à l’investissement dans le capital humain comme un puissant moteur du développement car il y a déjà quatre siècles, Jean Bodin affirmait « qu’il n’y a de richesse et de force que d’hommes ».

 

Le financement va permettre de réaliser les modules de la réforme que sont :

  • La restructuration de la gestion du centre ;
  • La réfection totale du centre et la construction de nouveaux locaux ;
  • L’acquisition de nouveaux équipements et matériels ;
  • Le lancement de nouvelles filières de formation aux métiers du BTP, des routes, des chemins de fer et des mines ;
  • La mise en place de formations modulaires ;
  • L’introduction des filières de licences professionnelles ;
  • Le renforcement des capacités du personnel enseignant ;
  • La mise en place d’une politique de communication pertinente.

 

Le résultat attendu est la formation d’un nombre significatif de techniciens qualifiés pour les secteurs des BTP, du chemin de fer, des mines ainsi que l’amélioration des prestations des différents acteurs de ces secteurs.

Notre souhait le plus ardent, est de continuer à bénéficier de l’accompagnement du Groupe de la BAD.

 

Un établissement d’excellence ouvrant aux métiers de la route, du rail et des mines

Les principaux moyens et ressources qui permettent au centre de remplir sa mission sont constitués par les contributions des Etats membres ; les subventions, dons ou legs ; les frais de scolarité des étudiants et stagiaires ; les intérêts et revenus des biens et valeurs ; les recettes diverses ; un personnel qualifié et dynamique ; des salles de classes, des ateliers de formation, un laboratoire géotechnique et un atelier de machines-outils mis à la disposition des apprenants ; un centre d’hébergement de 300 places; des matériels roulants notamment une niveleuse et une chargeuse.

Au titre de l’année académique 2016-2017, sur un effectif total de 333 étudiants inscrits au cycle BT, 307 ont été déclarés admis soit un taux de réussite de 92%. Pour la même période, pour un effectif total de 98 étudiants inscrits au cycle BTS, 87 ont été déclarés admissibles soit un taux de 88,78%.

Au vrai, le CERFER a un impact certain en termes de formation en adéquation avec l’emploi, une formation qui performe, développe et renforce les aptitudes professionnelles spécifiques, accroît les opportunités d’insertion socio-professionnelle des apprenants de la sous-région aux métiers des BTP et fourni aux Etats membres des jeunes bien formés et compétitifs sur le marché de l’emploi. Le Centre régional dispose d’une équipe professorale aguerrie et dévouée à la tâche, de nombreuses installations qui permettent aux professeurs d’allier aisément la théorie et la pratique en enrichissant les cours par des travaux dirigés. L’admission au Centre des étudiants au cycle BT se fait sur la base d’un concours organisé au niveau de chaque Etat membre. Ce concours d’entrée est en priorité ouvert aux ressortissants des pays du Conseil de l’Entente. Les candidats des pays non membres sont admis dans la limite des places disponibles et moyennant le paiement des frais de scolarité. Les candidats au concours d’entrée du cycle BT doivent être titulaires soit d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), d’un Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) ou avoir au moins le niveau Première (1ère). L’admission au cycle BTS se fait également sur la base d’un concours dans les conditions suivantes : formuler une demande manuscrite adressée au Directeur Général du Centre, mentionnant la filière choisie ; fournir un extrait d’acte de naissance légalisé, une copie légalisée du certificat de nationalité, une copie légalisée de l’attestation de réussite et du relevé de notes du baccalauréat 2ème partie (série C, D, E ou tout autre diplôme équivalent), une copie légalisée des bulletins de notes de la classe de 1ère , un certificat médical délivré par un médecin attestant que le candidat est apte à exercer le métier de Technicien Supérieur en Génie Civil ou en Génie Mécanique. L’admission à la Licence se fait dans les conditions suivantes : Être titulaire d’un Brevet de Technicien Supérieur en Génie Civil ou Génie Mécanique ; déposer une demande manuscrite adressée au Directeur Général du Centre, mentionnant la filière choisie. 

Le Centre dispose de deux (02) filières (Génie Civil et Génie Mécanique) qui renferment les modules ci-après :

I- Génie civil :

Module1 : Topographie,

Module 2 : Terrassement,

Module 3 : Métré (bâtiments, ouvrage d’art et route),

Module 4 : Maçonnerie, voiries en pavés,

Module 5 : Menuiserie et Coffrage,

 Module 6 : Entretien routier, 

Module 7 : Aides laborantins,

Module 8 : Ferraillage.

 

lI- Génie mécanique :

Module 1 : Maintenance générale des machines et équipements motorisés,

Module 2 : Electricité auto,

Module 3 : conducteurs de chargeurs,

Modules 4 : conducteurs de niveleuses,

Module 5 : Tôlerie  - Soudure.

 

Les ambitions nouvelles du Centre :

Les Chefs d’Etat ont décidé de faire du CERFER un Centre d’excellence. A cet effet, un plan de développement stratégique, élaboré s’articule autour des axes stratégiques tels que :

  • Le renforcement des capacités managériales du CERFER et l’amélioration de la gouvernance ;
  • Le renforcement des capacités pédagogiques et didactiques des enseignants ;
  • L’acquisition de nouveaux équipements et matériels ;
  • La construction et la réhabilitation du Centre.

La mise en œuvre de ce plan de développement stratégique va concourir à coup sûr à l’atteinte des objectifs assignés.

 



L'électrification est un tout nouveau domaine dans les activités du Conseil de l'Entente. En accord avec la volonté des chefs d'Etat et pour rester fidèle à son champ de prédilection, l'Institution, à travers son département de coopération au développement, a lancé un programme d'électrification rurale par énergie solaire.
Cette innovation permettra d'apporter l'électricité à des populations situées dans des zones reculées et pratiquement hors de portée du réseau électrique traditionnel.
Le projet pilote couvrira 5 villages.


TCE19

Créée à Niamey le 31 juillet 1970, par les chefs d’Etat des pays du Conseil de l’entente, la Tranche Commune de l’Entente (TCE) met en jeu les parieurs du Burkina, du Benin, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Togo. Sous différents noms, la tranche commune depuis sa création entend répondre à deux préoccupations :

 la satisfaction du client à travers le gain auquel il est en droit d’attendre ;

 le réinvestissement du bénéfice dans le domaine social, culturel ou sportif afin d’accompagner les politiques de développement.

Après plusieurs adaptations au fil du temps, les loteries nationales du Conseil de l’entente ont pris un tournant décisif en 2006, en adoptant une nouvelle version du concept de la Tranche commune Entente. Effectif depuis 2007, ce concept est à la base d’un réel brassage des populations, en octroyant des voyages aux souscripteurs. Le gros lot varie selon les éditions. Dans le cadre de ses actions de développement au profit des Etats membres, le Secrétariat Exécutif a décidé de s’associer à l’action des Loteries de l’Espace Entente.

Ainsi depuis 2013, elle fait un don à l’Etat où se tient le tirage de la Tranche Commune Entente. En 2013, en association avec l’Etat burkinabé, le Secrétariat Exécutif a construit un CEG à Diori. La contribution du Conseil de l’Entente à la réalisation de cet ouvrage s’élève 30 millions FCFA. La 20è édition du tirage s’est déroulé le 20 Juin 2014 au Togo. Pour le deuxième don du Programme TCE, Le Secrétariat Exécutif a entrepris la construction au Togo, d’une école primaire à Nyidové. La livraison a été faite 18 Juin 2014.


Décembre 2013 à Niamey, les Chefs d'Etat du Conseil de l'Entente ont confirmé la mise en œuvre d'un programme d'hydraulique villageoise. Ce fait a été réaffirmé lors des festivités du 55è anniversaire du Conseil de l'Entente par le Secrétaire Exécutif. Pour joindre l'acte à la parole, le Département des Infrastructures et Grands Projets a lancé le projet pilote en Octobre 2014.

Ce projet vise à réaliser 5 forages dans 5 villages distincts au Burkina avant la fin de l'année 2014.
En collaboration avec le ministère burkinabé en charge de l'hydraulique, les 5 villages récipiendaires ont été choisis . Ce sont Songo 2 et Nobéré dans le Centre-Sud, Banou dans la Boucle du Mouhon, Bognounou dans le Centre-Ouest, et le village « Agrithèque vaair cere » dans le Sud-Ouest.

Pour rappel, le Conseil de l'Entente a une solide expérience dans l'hydraulique villageoise. Avant l'arrêt du financement des programmes de développement en 2000, l'institution a réalisé plus de 6 000 forages au profit des populations rurales de l'Espace Entente. La réactivation du programme d'hydraulique villageoise est un symbole fort. Elle marque la volonté du Conseil de l'Entente de récupérer sa place, d'institution ouvrant ardemment au développement du monde rural.


© 2019 Conseil de l'Entente. Tous Droits réservés.