Strict Standards: Declaration of JParameter::loadSetupFile() should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /var/www/libraries/loader.php on line 197

Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264

Réunion des ministres chargés des infrastructures du Conseil de l'Entente sur l'avenir du CERFER

 
CErferministres022015
Le CERFER sur la voie de réformation
 
Les Ministres chargés des infrastructures du Conseil de l’Entente sont en réunion à Lomé ce vendredi 13 février 2015 pour plancher sur la restructuration de l’institution régionale qu’est le Centre Régional de Formation pour l’Entretien Routier (CERFER).
La cérémonie d’ouverture a été présidée par ministre Ninsao GNOFAM des Travaux Publics et des Transports , représentant le Premier Ministre, entouré par ses pairs de la sous-région , et certains collègues du gouvernement , Monsieur Patrice Kouamé , Secrétaire exécutif du Conseil de l’entente , Directeur de CERFER et des personnes et de rang et grades différents.
Dans son intervention, Monsieur Patrice Kouamé a souligné que « trois mots caractérisent le Conseil de l’Entente rénové : la visibilité, la lisibilité et la pertinence de ses intervention. Dans cette optique, la conférence des chefs d'Etat ’ fixé deux objectifs à l’organisation :
•Le renforcement de la coopération politique et culturelle, la paix et la sécurité dans l’espace Entente,
•La réalisation de projets de nature à améliorer les conditions de vie des populations rurales. »
Avant de préciser que la réunion a pour objet de permettre aux ministres des travaux publics du Conseil d’Entente de se prononcer sur le plan de développement stratégique du CERFER et de faire le rapport au conseil des ministres du Conseil de l’Entente qui va saisir le prochain sommet des chefs d’Etat et du Gouvernement .
En effet, l’ objectif poursuivi est de permettre à l’Etablissement de répondre efficacement aux besoins de formation tels que exprimés sur les marchés et à réaliser son autonomie financière.
Selon ministre Ninsao Gnofam : «…Nous sommes là aujourd’hui, les ministres chargés des infrastructures du Conseil de l’entente pour plancher sur un document de stratégie qui a été proposé par les organes du centre en vue de réformer ce centre qui a été créé depuis 1970. Le centre a été créé avec l’objectif d’appuyer, d’accompagner les pays membres du conseil de l’entente dans le cadre de l’entretien routier. Depuis 1970, le centre vit sur les subventions, les contributions des Etats membres. Mais vous-même, vous savez que, de plus en plus nos Etats sont sollicités. Les charges de nos Etats ne leur permettent plus de pouvoir faire face efficacement des obligations. Alors c’est dans ce sens avec l’évolution du centre qui était ouvert exclusivement pour former les jeunes des pays du Conseil de l’Entente en matière d’entretien routier ; le centre a ouvert ses portes à beaucoup d’autres pays non membres.
L’évolution technologique ne permet plus au centre de faire face efficacement à cette mission-là. Vous prenez le matériel de formation, il est vétuste. Même quand vous visitez le centre vous verrez les bâtiments leur configuration ne sont plus satisfaisants.
Au plan financier, les contributions ont du mal à entrer, les pays ont beaucoup d’arriérés. Mais la formation est payante. Donc c’est pourquoi il est proposé de revoir les textes qui l’ont créés et d’élaborer une stratégie qui permette non seulement au CERFER de se moderniser mais surtout de s’auto suffir en se passant éventuellement des contributions des Etats membres. »
Donc ce document va être soumis aux ministres sectoriels c’est-à-dire des ministres chargés des infrastructures routières qui vont le valider aujourd’hui. Ce document sera déposé au bureau des chefs d’Etats lors de leur prochain sommet. Et les Chefs d’Etat qui vont adopter ce document de stratégie qui va permettre d’entreprendre des réformes en profondeur pour le CERFFER, un centre d’excellence comme d’autres grandes écoles que nous connaissons en Afrique. »
En somme , il est demandé aux participants de mettre toute leur expertise pour améliorer les dernières décisions de Cotonou , en mettant en place un dispositif juridique d’importance pour un meilleur fonctionnement dans les bonnes conditions du centre.
 
Source : togomessages.
Lu 1414 fois

aff

aff2