Conférence Régionale de la CEDEAO sur la Situation Sécuritaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest

18 Déc 2017
Écrit par  CE presse
Publié dans Partenariat
(0 Votes)

conf cedeao secu

Dans le cadre du partenariat entre le Conseil de l’Entente et la CEDEAO, le Président de la Commission de la CEDEAO, a invité notre Organisation à participer à la Conférence Régionale de la CEDEAO sur la Situation Sécuritaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest qui s’est tenue du 12 au 14 octobre 2017 à Bamako, en République du Mali. La délégation du Conseil de l’Entente, était dirigée par Monsieur Abdoulaye MOHAMADOU, SEA et composée de Monsieur Issa D. MOKO, DCPPS.

Organisée sous l’égide de la CEDEAO, et en étroite collaboration avec l’Union Africaine et les Nations Unies, cette conférence régionale a enregistré la participation :
-    pays membres et institutions de la CEDEAO ;
-    pays de l’espace sahélo-saharien non membres de la CEDEAO(Algérie, Mauritanie, Libye, Maroc, Tunisie, Egypte, Tchad, Soudan et Cameroun) ;
-    les cinq pays membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies (France, Etats-Unis, Grande Bretagne, Russie et Chine) ;
-    l’UEMOA, la CEMAC, la CEEAC, la CEN-SAD, le Conseil de l’Entente ;
-    la BAD, la BM, la BID, la BADEA, la FAO, le PNUD, le HCR, La GIZ, le FES, l’AFD, l’USAID, les coopérations suisse, japonaise et chinoise ;
-    les forces régionales et multinationales de lutte contre le terrorisme : Initiative du Bassin du Lac Tchad, G5- SAHEL, Initiative du LIPTAKO-GOURMA, MINUSMA, Opération BARKHANE, EUTM, EUCAP, AFRICOM, UNODC ;
-    des institutions de recherche et d’étude de la paix, des ONG et des personnes-ressources.
Cette conférence régionale s’est déroulée en deux volets :
-    la réunion des experts, tenue les 12 et 13 octobre 2017 ;
-    et la réunion ministérielle, tenue le 14 octobre 2017.
L’objectif général de cette importante rencontre, consistait à : « procéder à l’évaluation globale de la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest dans le but de déterminer les voies et moyens les plus aptes à assurer une neutralisation optimale des organisations criminelles dans l’espace sahélo-saharien et leur expansion en Afrique de l’Ouest, afin de préserver l’intégrité territoriale et la paix dans les pays concernés, gage de développement économique et social au profit des populations ».

La réunion ministérielle dont la cérémonie d’ouverture a été co-présidée par SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Président dela République du Mali et SEM Faure EssozimnaGNASSIBGE, Président de la République togolaise et Président en exercice de la CEDEAO, a été consacrée par : LA DECLARATION DE BAMAKO par laquelle, les Ministres en charge des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine ont décidé entre autres, de :
?    s’engager à coopérer pleinement et à tous les niveaux pour débarrasser l’Afrique de l’Ouest du terrorisme, de l’extrémisme violent et du crime transnational organisé ;
?    condamner avec la plus grande fermeté les attaques terroristes perpétrées dans la région contre les forces de défense et de sécurité, les populations civiles et les forces régionales et internationales notamment la Force Multinationale Mixte de la
Commission du Bassin du Lac Tchad, la MINUSMA et l’Opération Barkhane ;
?    réitérer leur attachement à l’intégrité territoriale et à la souveraineté du Mali ;
?    saluer le travail accompli sur le terrain par la MINUSMA, l’opération BARKHANE et la Force Multinationale Mixte du Bassin du Lac TCHAD ;
?    instruire la Commission de la CEDEAO à l’effet :
o    d’accélérer la mise en œuvre, avec la participation technique d’INTERPOL, Système d’Information Policière d’Afrique de l’Ouest (SIPAO/WAPIS) ;
o    dejouer pleinement son rôle de leadership politique dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le crime international organisé en initiant un cadre de concertation politique et technique avec la Commission du Bassin du Lac TCHAD et le G5-SAHEL ;
o    d’élaborer un plan d’actions opérationnelles de mise en œuvre des engagements de la Déclaration de Bamako ;
o    demettre sur pied un Comité de Suivi en concertation avec l’Union Africaine et les Nations Unies.
La nouvelle vision de la CEDEAO dans le cadre de la synergie nécessaire des forces pour lutter plus efficacement contre le terrorisme consiste à passer du concept de : « Forces de maintien de la paix aux Forces d’imposition de la paix ».

Lu 366 fois

aff

aff2