Allocution du sécretaire executif du Conseil de l'Entente monsieur Patrice KOUAME à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la première sessions ordinaire du conseil des ministres du Conseil de l'Entente les 1er et 2 Juin 2012 à Cotonou au Bénin.

 

C'est avec une grande émotion que je prends la parole cet après-midi, en qualité de Secrétaire Exécutif du Conseil de l'Entente, à l'occasion de cette toute première réunion statutaire du Conseil des Ministres de mise en œuvre de la Réforme de l'Organisation.

A cette table, me reviennent à l'esprit, les images de l'époque où, jeunes lycéens, nous avons vécu avec fierté la proclamation des indépendances de nos pays, et suivi sans trop comprendre les enjeux, les débats qui avaient précédé cet évènement, entre les fédéralistes et les partisans d'organisations souples respectueuses de la souveraineté de chaque pays membre.

Construit sur ce modèle dès 1959, comme cadre de concertation permanente entre les Etats-membres, de convivialité et de dialogue entre les dirigeants, de rapprochement entre les peuples, d'intégration économique, nous avons vu le Conseil de l'Entente s'affirmer au fil du temps par de nombreuses réalisations aussi bien dans nos cités que dans nos campagnes.

Au niveau institutionnel, cette cohésion et cette complicité entre les cinq pays, va permettre d'imprimer une dynamique d'intégration en Afrique de l'Ouest.

Ainsi furent créées successivement, l'Union Monétaire Ouest Africaine en 1962 avec une monnaie unique pour les pays membres, émise par une Banque Centrale unique ; la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest en 1975 qui englobe 15 pays sur 16 de l'Afrique de l'Ouest ; l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine en 1994.

A cela, il faut ajouter la contribution décisive des pays du Conseil de l'Entente à la mise en place des institutions régionales ou panafricaines : Air Afrique en 1961, l'Organisation de l'Unité Africaine en 1963, la Banque Africaine de Développement en 1964, etc.

Malheureusement, de grands problèmes de gouvernance sont venus perturber et paralyser sur une longue période, le fonctionnement de la plus ancienne des organisations sous-régionales en Afrique de l'Ouest et fortement entacher sa crédibilité.

A la lecture des dossiers dont j'ai eu connaissance, j'ai été impressionné par l'ampleur et la qualité du travail abattu, sous l'impulsion de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement, par le Conseil des Ministres, le Comité des Experts, le Comité de Gestion, les Auditeurs, les Consultants, le Commissaire aux comptes, pour parvenir le 5 décembre 2011 à Cotonou, à l'adoption d'une nouvelle Charte par les Chefs d'Etat et, le 31 décembre 2011, à l'arrêté d'états financiers fiables certifiés par le Commissaire aux comptes.

Comme simple citoyen du Conseil de l'Entente, vous m'autoriserez, Monsieur le Président du Conseil des Ministres, Messieurs les Ministres, à vous adresser ainsi qu'à tous ceux qui ont participé à cette œuvre, toutes mes félicitations pour la compétence, l'abnégation et le sens élevé du devoir qui ont marqué ce travail de redressement et de réforme.

Comme Secrétaire Exécutif du Conseil de l'Entente, je voudrais au nom du Secrétariat Exécutif, témoigner notre reconnaissance aux Chefs d'Etat, au Conseil des Ministres et au Comité des Experts de nous associer à cette grande œuvre de construction de la Paix, de la Sécurité, et du Développement dans cet espace de 2 millions de km2 et de 69 millions d'habitants et, au-delà.

Nous n'épargnerons aucun effort pour apporter notre pierre à l'édification de cet Espace.

A cet égard, la Charte définit clairement notre feuille de route notamment en créant auprès du Secrétaire Exécutif et du Secrétaire Exécutif Adjoint chargé de l'Administration et des Finances, trois départements : le Département de la Coopération Politique, de la Paix et de la Sécurité ; le Département de la Coopération au Développement ; le Département des Infrastructures et des Grands Projets.
A l'occasion de la réunion du Comité des Experts, les attributions précises de chaque Département sont proposées au Conseil des Ministres dans le cadre du projet de Règlement portant organisation et fonctionnement du Secrétariat Exécutif.

Les orientations stratégiques qui vous sont soumises sont fondées sur la lisibilité et la clarté des interventions du Conseil de l'Entente dans un environnement où existent d'autres organisations.

Elles mettent l'accent d'une part, sur l'harmonisation des activités avec notamment la CEDEAO et l'UEMOA surtout pour les projets d'infrastructures de portée régionale. D'autre part, sur la lutte contre la pauvreté, la préservation de l'environnement, un partenariat mondial pour le développement dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le Développement.

De nouveaux outils sont envisagés pour le soutien aux investissements dans les secteurs porteurs, le renforcement des partenariats en vue de la mobilisation des ressources nécessaires au financement des projets.

Voilà Monsieur le Président du Conseil des Ministres, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs, les quelques idées qu'au nom du Secrétariat Exécutif, je voulais exprimer à l'ouverture de cette réunion du Conseil des Ministre du Conseil de l'Entente.

Vive le Conseil de l'Entente.

Je vous remercie de votre attention.

aff

aff2