COMPTE RENDU DE LA REUNION DES MINISTRES DU CONSEIL DE L'ENTENTE SUR L'AMELIORATION DE L'EMPLOYABILITE DES JEUNES AUX METIERS DU RAIL

Dans le cadre de l'amélioration de l'employabilité des jeunes aux métiers du rail, une réunion des ministres des infrastructures et des transports du Conseil de l'Entente s'est tenue le 13 avril 2018 à l'hôtel EDA-OBA à Lomé(Togo).
Cette réunion a connu la présence des ministres des infrastructures et des transports du Bénin et du Togo ; du ministre des équipements du Niger et des représentants des ministres de la Côte d'Ivoire et du Burkina-Faso.
L'objectif de la réunion est d'examiner et d'adopter les conclusions, propositions et recommandations issues des travaux de l'atelier des experts, tenu les 10, 11 et 12 avril 2018 à Lomé sur l'employabilité des jeunes aux métiers du rail dans les pays du Conseil de l'Entente.


Présidée par le ministre des infrastructures et des transports du Togo, Monsieur Ninsao GNOFAM, représentant du Premier ministre de la République togolaise, la réunion a porté sur trois points suivants :


1- Examen et approbation des conclusions, propositions et recommandations du rapport de la réunion des experts ;
2- Point sur la mise en œuvre des réformes du CERFER ;
3- Questions diverses.

Point 1- Examen et approbation des conclusions, propositions et recommandations du rapport de la réunion des experts


Les ministres ont examinéet échangé sur les conclusions, propositions et recommandations du rapport de la réunion des experts et ont décidé ce qui suit:


1. Soutenir le Centre Régional de Formation en Entretien Routier (CERFER) dans son ambition d'intégrer la formation aux métiers du chemin de fer à vocation régionale tout en encourageant des complémentarités avec les autres structures de formation ferroviaire d'Afrique ;

2. Mettre en place un partenariat avec les organismes de financement de la Boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou-Lomé, un fonds de formation ferroviaire constitué principalement d'une fraction des investissements privés et publics affectés aux travaux de construction, modernisation ou réhabilitation du réseau de la Boucle ferroviaire ;

3. Mandater le Bureau International du Travail pour la réalisation d'études d'impacts de la Boucle ferroviaire sur l'emploi et en mettant en exergue l'impact des investissements ferroviaires sur l'emploi des jeunes sans distinction de sexe ;

4. Mener des négociations en vue du financement des projets ferroviaires en mettant l'accent sur des modalités de financement favorables à l'emploi des jeunes dans les phases de réalisation, d'exploitation et de maintenance des réseaux ;

5. Associer le secteur privé au Conseil d'Administration du CERFER en vue de faciliter les stages en entreprises, la validation des contenus de formations, l'instauration d'un dialogue avec les professionnels des secteurs concernés et mobiliser le financement additionnel nécessaire.

Au point 2 : Point sur la mise en œuvre des réformes du CERFER


Les ministres ont suivi la présentation de la mise en œuvre des réformes du CERFER et se sont félicités de leur état d'avancement.
La réunion ayant débattu de tous les points relatifs aux conclusions des travaux des experts, aucun point n'a fait l'objet de divers.
Un communiqué final faisant état des principales décisions de la réunion a sanctionné les travaux.
Au terme de la réunion, les ministres ont exprimé leur profonde et déférente gratitude à Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise pour avoir accepté le patronage et l'organisation effective de l'atelier.

 

Fait à Lomé, le 13 avril 2018
Le Président de séance

Ninsao GNOFAM

Introduction

Les Chefs d'Etats et de Gouvernements des pays du Conseil de l'Entente ont manifesté leur volonté d'anticiper le renforcement des capacités des jeunes en vue de satisfaire les besoins futurs en qualité et en quantité des ressources humaines destinées à la construction, à l'exploitation et à la maintenance des multiples réseaux de chemin de fer en projet et en cours de réhabilitation dans l'espace CEDEAO.

Contexte

Le Secrétariat Exécutif du Conseil de l'Entente et le Bureau International du Travail (BIT) ont décidé en 2015 de commanditer une étude en appui à la réforme du Centre Régional de Formation pour l'Entretien Routier (CERFER) de Lomé dans le but de répondre à la demande d'emplois relative à la mise en œuvre du projet de la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou. A cet égard, le CERFER, en partenariat avec le BIT, a organisé du 10 au 13 avril 2018 à Lomé un atelier régional sur l'amélioration de l'employabilité des jeunes dans les métiers du rail.

Objectifs

L'atelier vise à contribuer à la mise en œuvre du plan de développement stratégique du CERFER (2016-2026) afin de renforcer les capacités de ce centre pour alimenter les curricula de formation ferroviaire dans le sens de la promotion de l'agenda du travail décent dans les formations des métiers du rail.

Déroulement de la réunion des experts

110 experts des pays membres du Conseil de l'Entente (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Niger et Togo), du BIT, de la Banque Africaine de Développement (BAD), de l'UIC, de l'UAC et ceux des pays invités : Allemagne, Mali, Maroc, Sénégal ont participé à cet atelier.

Les participants ont suivi cinq (5) communications en plénières et travaillé en quatre (4) ateliers.

Les communications ont porté sur :

1- Etude de renforcement de l'employabilité des jeunes dans les métiers du rail dans le contexte de la Boucle ferroviaire du Conseil de l'Entente ;

2- Employabilité à l'heure des changements démographiques : les perspectives pour le secteur ferroviaire dans l'espace UEMOA ;

3- Projets structurant à l'ONCF : retombées en termes de création d'emploi et transfert des compétences ;

4- Transport ferroviaire en Afrique : Etat des lieux, perspectives et coopération Internationale avec focus sur l'expérience Marocaine ;

5- Organisation du transport par ''traffiQ'' en Allemagne : Relation avec les PME, les Ressources Humaines, le Financement, etc.

Au titre des ateliers, les thématiques suivantes ont fait l'objet de réflexion :

1- Opportunités et les contraintes de développement des métiers du rail en Afrique de l'ouest ;

2- Rôle des secteurs privés dans le développement du rail en Afrique de l'ouest ;

3- Formations, emplois : quels sont les besoins en renforcement de capacités dans le secteur ferroviaire en Afrique de l'ouest ;

4- Opportunités de partenariats pour le financement du secteur des rails.

Après trois jours de travaux, les experts ont formulé dix-sept recommandations dont la teneur suit :

1. Mettre en place un cadre de formation adéquat des formateurs et des jeunes aux métiers des rails dans tous les pays ;

2. Inciter les acteurs du réseau ferroviaire africain à participer activement aux différentes réunions et manifestations régionales organisées par l'Union Internationale du Chemin de Fer (UIC Afrique) et de l'Union Africaine du Chemin de Fer (UAC) à travers leurs plans d'actions annuels ;

3. Promouvoir le développement de l'expertise ferroviaire à travers la coopération sud-sud et le transfert de technologies ;

4. Recenser les différentes filières et métiers du secteur ferroviaire et établir une priorité en matière de formation ;

5. Faire le choix d'un modèle économique approprié pour sécuriser les investissements du secteur privé : l'action à mener est d'adapter les solutions de financements adéquats aux différents modèles d'entreprises ferroviaires ;

6. Impliquer les professionnels des métiers ferroviaires et affiner au mieux le dispositif de transfert de compétences entre les générations à travers l'élaboration d'un répertoire des anciens cadres du secteur ;

7. Formaliser l'engagement des États du Conseil de l'Entente en appui avec les partenaires au développement et le secteur privé dans le financement de la formation ferroviaire ;

8. Engager une étude détaillée sur les opportunités d'emplois à générer par la Boucle Ferroviaire en faisant la distinction entre les impacts directs, indirects et induits ;

9. Analyser les gaps de compétences de façon à prioriser les filières de formation et choisir la méthode de formation la plus adéquate à court terme ;

10. Consolider et élargir les opportunités d'emplois générés en accompagnant les PME locales à l'approvisionnement en matériaux, la fourniture de matériels techniques ainsi que la réalisation des travaux et des activités de densification (mines, agriculture, ...) ;
11. Mettre en place un Comité Régional de Pilotage de la Formation Professionnelle aux métiers du rail et de la formation continue en accord avec tous les partenaires impliqués (Ministères des Transports, Ministères des infrastructures, Ministères de la formation technique, Sociétés de Gestion du Patrimoine Ferroviaire, Exploitants ferroviaires, CERFER, Acteurs sociaux, etc.) ;

12. Harmoniser les curricula de formation aux métiers du rail ;

13. Soutenir le Centre Régional de Formation pour Entretien Routier (CERFER) dans son ambition d'être un Centre de Formation aux Métiers du Chemin de Fer à vocation régionale tout en encourageant des complémentarités avec les autres structures de formation ferroviaire d'Afrique ;

14. Mettre en place un partenariat avec les organismes de financement de la Boucle ferroviaire, un fonds de formation ferroviaire constitué principalement des investissements privés et publics affectés aux travaux de construction, modernisation ou réhabilitation du réseau de la Boucle ferroviaire ;

15. Mandater le Bureau International du Travail pour la réalisation d'études d'impacts
de la Boucle Ferroviaire sur l'emploi et en mettant en exergue l'impact des investissements sur l'emploi des jeunes ;

16. Mener des négociations en vue du financement des projets ferroviaires en mettant l'accent sur des modalités de financement favorables à l'emploi des jeunes dans les phases de réalisation, d'exploitation et de maintenance des réseaux ;

17. Impliquer le secteur privé dans la gouvernance du CERFER en vue de faciliter les stages en entreprises, la validation les contenus des formations, l'instauration d'un dialogue avec les professionnels des secteurs concernés et mobiliser le financement des stagiaires.

Conclusion

Les pays du Conseil de l'Entente constatent le déficit en matière de formation dans les métiers du rail. Pour combler ce vide et répondre à la demande d'emploi relative à la mise en œuvre du projet de la Boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou-Lomé, il urge pour les Etats membres de mener des actions dans une approche concertée pour définir les voies et moyens pouvant favoriser la mise en place d'un système de formation spécifique aux métiers du rail.

Fait à Lomé, le 13 avril 2018

Le Rapporteur

Le Président de séance

Idrissa Alfred ZANPOU

                                                       3ereunionsecurite1                                                           

COMMUNIQUE FINAL DE LA  TROISIEME REUNION ANNUELLE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA SECURITE ET DES FRONTIERES

Les Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières du Conseil de l’Entente ont tenu leur Troisième Réunion Annuelle le vendredi 20 avril 2018 à Lomé en République Togolaise, sous la présidence du Général de Brigade DamehameYARK, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile du Togo.

Cette Troisième Réunion annuelle est consacrée à l’examen du projet de Mécanisme Entente de Renseignement.

Elle a enregistré la participation des délégations des cinq pays du Conseil de l’Entente à savoir la République du Bénin, le Burkina Faso, la République de Côte d’Ivoire, la République du Niger et la République Togolaise.

Les Ministres ont pris connaissance du diagnostic du cadre légal, institutionnel et numérique du renseignement dans les Etats membres du Conseil de l’Entente, ainsi que le projet de Mécanisme Entente de Renseignement.

Ils ont approuvé le Projet de mise en place du Mécanisme en trois phases:

la mise à niveau des systèmes nationauxde renseignement;

la création d’un environnement institutionnel et numérique sécurisé;

la promotion à moyen et long terme d’unrenseignement communautaire à l’échelle de l’Espace Entente.

Les Ministres en charge de la Sécurité ont félicité le Secrétariat Exécutif pour cette initiative et ont demandé au Secrétaire Exécutif de transmettre les conclusions et recommandations de la Réunion Annuelle des Ministres à la Conférence des Chefs d’Etat du Conseil de l’Entente.

Les Ministres ont également examiné la situation sécuritaire dans les Etats membres. Ilsont salué le courage et la détermination des Forces de Défense et de Sécurité qui ont permis de contenir l’impact des attaques terroristes au Burkina Faso et en République du Niger.

Les Ministres ont réaffirmé leur volonté de renforcer la coopération sécuritaire entre les Etats de l’Espace Entente par la mutualisation de leurs moyens.

Fait à Lomé, le 20 avril 2018

                                           Pour les Ministres en charge

de la Sécurité et des Frontières,

Général DamehameYARK

                                     Ministre de la Sécurité et de la

                                 Protection Civile du Togo

ESCLAV ACT1 

      DECLARATION DE LA DOUZIEME REUNION ORDINAIRE DU

CONSEIL DES MINISTRES DU CONSEIL DE L’ENTENTE

Le Conseil des Ministres du Conseil de l’Entente, réuni le dimanche 10 décembre 2017 à Lomé, 

cdm 2017

COMMUNIQUE FINAL

                                                                                                                   

Le Conseil des Ministres du Conseil de l’Entente a tenu sa Douzième Réunion Ordinaire le 10 décembre 2017 à Lomé, République Togolaise, sous la présidence de Son Excellence Professeur Robert DusseyMinistre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine.

cdm juil16

COMMUNIQUE DE PRESSE


                                                                                                                        

Le Conseil des Ministres du Conseil de l’Entente a tenu sa Neuvième Réunion ordinaire le samedi 09 juillet 2016 à Niamey, République de Niger, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Ibrahim Yacoubou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur.

projet de discours d'ouverture du ministre des affaires étrangères, de l'intégration africaine, de la francophonie et des béninois de l'extérieur a l'occasion de la réunion du conseil des ministres du conseil de l'entente Cotonou, le vendredi 1er juin 2012

annonce cm ce

Le 20 Décembre 2014, se tiendra à Niamey au Niger, la sixième réunion du Conseil des Ministres du conseil de l'Entente.

Les ministres examineront entre autres

  • Le budget 2015
  • Les projets que le Secrétariat Exécutif souhaite réaliser l'année prochaine. Dix ministres, soit deux par pays, sont attendus à cette rencontre.

La rencontre des Ministres sera précédée par la Réunion du Comité des Experts les 16 et 17 Décembre 2014. Ils ont auront la responsabilité d'étudier les différents dossiers et de faire des propositions aux ministres.


photo reunion securite

 

DECLARATION DES MINISTRES

 
Les Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières du Conseil de l’Entente, réunis le vendredi 24 novembre 2017 à Lomé,

- Se sont préoccupés de la situation socio-politique tendue qui prévaut en République togolaise depuis le mois d’août 2017, relativement à la question des réformes politiques et institutionnelles ;
 
- Constatent,avec regret, que les marches organisées depuis lors, ont malheureusement  dégénéré  et provoqué des pertes en vies humaines ainsi que des dégâts matériels très  importants, toutes choses préjudiciables à la paix et à la cohésion nationale ;
 
- Saluent les initiatives prises par les Chefs d’Etat du Conseil de l’Entente, de concert avec leur homologue ghanéen, ainsi que celles prises par Son Excellence Monsieur  Alpha Condé, Président en exercice de l’Union Africaine, à l’effet  de trouver des solutions pérennes de sortie de crise ;
 
- Ne doutent pas de la disponibilité des protagonistes de cette crise à œuvrer  pour calmer les esprits et restaurer le climat de paix et de fraternité auquel aspire le peuple togolais ;
 
- Lancent un appel vibrant et fraternel aux Autorités et à l’opposition togolaises en vue de renouer le fil du dialogue, indispensable au règlement durable et salvateur de cette crise, dans les meilleurs délais possibles.
Fait à Lomé, le 24 novembre 2017.
Les Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières du Conseil de l’Entente
 
 
La Réunion ministérielle, s’est penchée sur le cas spécifique du phénomène grandissant de la cybercriminalité qui revêt un caractère transnational et pour lequel les différents Etats membres de l’Espace Entente ont apporté des réponses diverses. Les Ministres ont félicité la Côte d’Ivoire pour la mise en placed’un mécanisme préventifet répressif d’une efficacité remarquable qui en fait le pays le plus avancé de l’Espace Entente.
 
- Sur la gestion des frontières, les Etats membres du Conseil de l’Entente sont confrontés à d’importants flux migratoires, favorisés notamment par la libre circulation des personnes et des biens dans l’Espace CEDEAO.La Réunion ministérielle s’est préoccupée du cas particulier du Niger face au drame de l’immigration illicite.
 
Les Ministres, après avoir délibéré,recommandent à la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Conseil de l’Entente les mesures ci-après :
1.En ce qui concerne la situation sécuritaire, les Ministres s’accordent sur la nécessité pour les Etats membres du Conseil de l’Entente de mutualiser les moyens dans la lutte contre la cybercriminalité à trois niveaux :
 
- au niveau national 
  - adopter dans chacun des Etats, une stratégie nationale de cyber-sécurité ; 
  - centraliser la lutte au niveau d’une seule structure ;
  - renforcer les moyens de lutte (personnel et technologique) contre la cybercriminalité et le soutien technologique aux autres services d’investigation.
 
- au niveau régional :
  - créer un laboratoire régional et un cadre entente de coopération sur la cyber-sécurité ;
  - renforcer la coopération entre les Etats  dans la traque des cybercriminels.
 
- au niveau international :
Développer un partenariat public/privé en matière de cyber-sécurité notamment entre les Etats membres du Conseil de l’Entente voire de la CEDEAO et les grands groupes d’accès internet tels que Google, Apple et Microsoft dans le cadre de transmissions de données informatiques conformément aux instruments juridiques nationaux et internationaux sur la protection des données à caractère personnel ;
ocréer un groupe de pression d’envergure régionale en vue d’amener les firmes comme Yahoo, Google, Facebook, Skype, etc. à coopérer dans le cadre des enquêtes sur les cybercriminels.
 
2.S’agissant de la gestion des frontières, les Ministres font les recommandations suivantes : 
 
- encourager les pays qui ne l’ont pas encore fait, à élaborer leur politique nationale de gestion des frontières ;
- encourager la création de structures autonomes de gestion des frontières dans les Etats membres qui n’en ont pas ;
- renforcer la coopération transfrontalière à travers la mise en place de plateformes de coopération sécuritaire entre les Forces de Défense et de Sécurité de l’Espace Entente d’une part et de coopération entre les élus locaux et les chefferies traditionnelles des espaces frontaliers  dans l’Espace Entente d’autre part ;
- accompagner le développement des espaces frontaliers dans les Etats membres ;
- accompagner le Bénin et le Togo dans le processus de la délimitation de leurs frontières maritimes et l’extension de leur plateau continental;
- promouvoir la diplomatie préventive locale dans l’Espace Entente ; 
- accompagner l’Etat du Niger dans la gestion des flux migratoires avec le soutien du Conseil de l’Entente et de la CEDEAO;
- promouvoir l’utilisation des TIC à la sécurisation des données des flux migratoires ;
- accompagner les Etats dans la gestion des problèmes liés à l’état civil et à la transhumance transfrontalière.
 
Fait à Lomé, le 24 novembre 2017
 
Pour les Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières,
 
Colonel Damehame YARK
                                                    Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile du Togo

                                                       reunion securite                                                        

COMMUNIQUE FINAL DE LA DEUXIEME REUNION ANNUELLE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA SECURITE ET DES FRONTIERES

Les Ministres en charge de la Sécurité et des Frontières de l’Espace Entente ont tenu leur deuxième Réunion Annuelle le vendredi 24 novembre 2017 à Lomé en République togolaise, sous la présidence du Colonel Damehame YARK, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile du Togo.Le thème centralde cette deuxième Réunion annuelle était « la lutte contre la cybercriminalité dans les Etats membres de l’Espace Entente : l’expérience ivoirienne ».
Page 1 sur 3